GRANDE SORTIE dimanche 17 juin 2018

Forêt de Villecartier, 17 juin 2018

Les ACR 35 ont quitté les sentiers côtiers, ce dimanche 17 juillet, pour découvrir la sérénité d’une randonnée en forêt, à Villecartier, près d’Antrain (35).

Ce domaine domanial, exploité pour son bois, est aménagé, en saison, pour des activités de plein air. C’est un lieu de découverte de l’espace boisé, à pied, à cheval, sur l’eau…

Trop nombreux pour rencontrer la faune qui l’occupe, nous avons contemplé, au fil de notre cheminement, hêtres et chênes remarquables, puis plus loin les houx, les charmes, les bouleaux.

A la croisée des chemins des petits monuments surgissent, occasion pour découvrir leur histoire et les superstitions qui s’y rattachent. Des similitudes avec des personnes probablement imaginaires se font jour, par exemple : Mathurin patron des bouffons ! Plus loin à la borne milliaire fusent des commentaires très audacieux.

           

Vers 13 heures, le pique-nique réconforte la troupe, chacun pouvant bénéficier des douceurs apportées par son voisin.

A la fin du festin, le jeune Jean TOUFFET (85 ans, fils d’un ancien garde-forestier) sollicité par notre secrétaire bien aimé, conte ses souvenirs, vécus dans cette forêt en compagnie de son père. La vie du garde, les métiers qui l’animent, Daniel GELIN qui la fréquente, l’occupation par les normands et les chouans, le dépôt de munition allemand, tout y passe… mais le temps presse il nous faut reprendre le pédibus.

Alors que certains se proposent de garder les véhicules !!!, la balade de l’après-midi reprend très tranquillement en bordure de l’étang et sur de paisibles pistes forestières quand soudain des barricades, certainement élevées par quelques normands ou vendéens invisibles, nous obligent, aux périls de nos vies, à enjamber troncs et branchages couchés à terre. Le moment est terrible mais nous en sortons en fiers vainqueurs et surtout, sans perte de combattant. Nous poursuivons notre avancée avec en arrière pensée l’épreuve subie.

A la sortie du sentier botanique, un pot de réconfort nous attend au parking. Ainsi furent oubliés la fatigue et les douleurs occasionnées par les onze kilomètres parcourus dans la journée. Chacun s’interrogeant sur le programme des prochaines sorties.

 

Laisser un commentaire